Vélo Physique Physiologique
Gauche Bas
5 Comparaison de trajets   51 Tronçon dénivelé 514 Comparaison de tronçons descendants de dénivelés constants en fonction des virages et du revêtement des chemins
Variables (abscisses, paramètres, graphes) Dénivelé constant de 250 m : Pente négative : sina Distance : Lt Revêtements des chemins : profondeur des trous : Hvr écart entre les trous : Uvr hauteur d'eau : Hva coefficient d'adhérence : ka coefficient de glissement : Cgs largeur granularité : Lg densité de la voie : Rhg Nombre de virages / km : Dcv Courbure des virages : Riv
Conditions et invariants (situation 7) Chemins Beau temps Cyclotouristes VTT de cyclotourisme
Des cyclistes descendent un dénivelé de 250 m sans virage le plus rapidement sur la pente la plus forte. Au delà de 20 %, pédaler ne sert plus à rien.  Dans une pente de 20 % les temps s'étagent entre 1 min (bitume) et 1 min 45 s (argile).
Des cyclistes descendent un dénivelé de 250 m avec virages larges le plus rapidement sur la pente la plus forte.  Dans une pente de 20 % les temps s'étagent entre 1 min (bitume) et 2 min (boue glissante).
Des cyclistes descendent un dénivelé de 250 m avec virages nombreux et serrés le plus rapidement sur la pente la plus forte.  Dans une pente de 20 % les temps s'étagent entre 1 min 20 s (bitume) et 3 min 30 s (boue glissante).
Conclusions Pour descendre un dénivelé constant le plus rapidement, il faut rester sur la pente la plus forte. Au delà de 20 %, pédaler ne sert plus à rien.  Les descentes bitumées permettent des vitesses plus importantes que les différents sols  que l'on rencontre (entre 1 et 3 fois moins rapides), surtout lorsque les virages sont nombreux et serrés.